Blog La terre

Premier jardin bio en lotissement : comment préparer sa terre ?

Vous venez d’acquérir une maison en lotissement ou d’en faire construire une ? Vous envisagez d’y mettre autre chose que de la pelouse ? Fleurs, fruitiers, potager, comment bien préparer sa terre en bio avant toute plantation ?

Jardin de lotissement : les différents cas de figure

Vous avez la chance d’avoir un petit jardin en lotissement sur lequel vous envisagez d’installer un carré potager bio, quelques arbres fruitiers nains, des arbustes ou même tout simplement un parterre de fleurs ?
Avant de vous précipiter chez un pépiniériste ou dans une jardinerie, une préparation s’impose. Celle-ci est fonction de votre situation :

  • maison de lotissement construite il y a plusieurs années : dans ce cas, la terre a généralement eu le temps de reposer. C’est le cas de figure idéal ;
  • maison neuve : pour bâtir votre logement, de nombreux engins ont dû passer sur votre parcelle. Pour peu que la terre ait été un peu humide, celle-ci a nécessairement été compactée. Par ailleurs, il est fort à parier que la « terre du dessous », celle qui est la moins fertile a été étalée sur votre terrain, recouvrant donc la terre végétale. Enfin, si ce lotissement est en plus venu grignoter des terres agricoles en conventionnel, il est fort probable que la vie du sol ne soit pas très importante.

Préparation du sol, une étape clef pour réussir ses plantations

Que votre habitation soit récente ou non, il est essentiel de préparer votre sol pour le décompacter, lui redonner vie et l’amender.

Décompacter un sol pour un premier jardin bio

Le décompactage de la terre est une étape clef car elle favorise la biodiversité du sol indispensable pour de belles fleurs ou plantes potagères.

Malheureusement, si la terre est trop dure car écrasée par des engins de chantier, vous n’aurez guère d’autre choix que de la retourner avec un motobineur. Pour les sols les plus légers ou pour des surfaces peu importantes, une bêche à dents peut également tout à fait faire l’affaire.
L’objectif est, si possible, de ne pas retourner la terre, mais bien de casser l’agglomérat qu’elle forme pour que les racines et l’eau puissent y pénétrer.

Enrichir votre sol

Pour favoriser la croissance des végétaux que vous désirez installer, il est recommandé d’ajouter sur le sol une fine couche de compost. Il faut toutefois veiller à n’utiliser que le compost bien mûr qui se trouve en bas de votre composteur.

Favoriser la biodiversité

Une fois votre plate-bande ou votre coin potager délimité et décompacté, vient le moment de favoriser le retour des différents organismes du sol. Pour cela, il est essentiel de ne jamais le laisser à nu et de le recouvrir d’un paillis végétal type paille de lin ou BRF afin :

  • d’éviter le phénomène de battance, c’est-à-dire de tassement de la terre nue sous l’effet de la pluie ;
  • de conserver une certaine humidité du sol pour permettre aux vers de terre, aux collemboles et autres myriapodes de faire leur retour. Ces travailleurs invisibles contribuent à décompacter le sol en y creusant des galeries ou dégradant la matière organique morte.

Enfin, pour réussir votre premier jardin, choisissez des végétaux adaptés à votre région. Pour cela, observez les jardins en place depuis quelques années pour trouver ceux qui s’acclimatent le mieux à votre sol et à vos conditions météorologiques.

Laisser un commentaire