La terre

Comment choisir un bon terreau ?

Le terreau répond aux besoins nutritifs de la plante et contribue à son développement en permettant une bonne circulation de l’eau. Il remplace efficacement le sol de culture pour toutes les plantes que vous désirez installer dans votre environnement de vie. Cependant, il existe plusieurs terreaux dont le rôle diffère en fonction de l’usage à en faire. Il est donc important de choisir minutieusement le meilleur terreau pour vos plants.

Quel terreau pour quelle utilisation ?

Avant tout, il est nécessaire de distinguer 3 notions qui désignent des supports sur lesquels les végétaux peuvent se développer. On retrouve le substrat, composé de matériaux tels que les granulés de sable, de sédiments ou de roche. Il comprend des substances minérales, végétales ou artificielles. On distingue ensuite la terre végétale, composée d’éléments minéraux et végétaux partiellement dégradés. Enfin vient le terreau, une terre végétale enrichie de matières organiques en décomposition.

Il est important de ne pas lésiner sur le prix d’un terreau. Les produits d’entrée de gamme sont loin d’être efficaces, car ils sont généralement composés de broyats résineux peu recommandables. Ils sont également peu dégradés, ce qui peut nuire aux racines des jeunes plants.

Les terreaux trop moins chers renferment des matériaux non biodégradables, tels que les filtres de cigarettes ou du plastique. Il est donc important de s’orienter vers des terreaux moyens ou haut de gamme. Ils sont souvent enrichis aux engrais naturels ou chimiques. Toutefois, il faut se renseigner sur leur composition avant toute utilisation.

Les critères de choix spécifiques d’un bon terreau

Le choix du terreau s’effectue en fonction du pH du sol, des besoins spécifiques des plants, mais aussi en considérant le geste technique à faire.

Le pH du sol

Il existe en effet une grande diversité de terreaux que l’on choisit en fonction des besoins en acidité ou en alcalinité de la plante. Pour connaître le pH du sol, il faut :

  • Prélever de la terre à une profondeur de 30 cm ;
  • Mettre la terre dans deux bocaux ;
  • Ajouter du vinaigre blanc au premier mélange : une émission de bulle traduit un sol basique ;
  • Ajouter du bicarbonate de soude dans le second bocal : un pétillement est signe de sol acide.

Dans le cas où il n’y a aucune réaction, le sol est neutre. Notez qu’il est possible de connaître le pH grâce à l’expertise d’un laboratoire ou en utilisant un kit d’analyse dédié.

Répondre aux besoins de la plante

Si vous plantez des orchidées par exemple, il vous faut un terreau composé de tourbes et d’écorces d’arbres. Les agrumes sont des plantes spécialement gourmandes pour lesquelles il faut un terreau drainant et riche en nutriments. Vous trouverez la terre de bruyère, idéale pour les plantes acidophiles telles que les hortensias et autres plants qui ne supportent pas le calcaire. En effet, les rhodos ou les bruyères peuvent dépérir s’ils sont plantés dans un sol alcalin.

Pour le géranium et les plantes annuelles, il faut un terreau comportant un agent mouillant qui pourra décompacter le terreau. Ces plantes ont également besoin d’un apport d’eau conséquent et d’une grande quantité de nutriments. Pour les plantes aromatiques surtout cultivées pour leurs feuilles, vous devez choisir un terreau spécial.

Les cactées et les plantes grasses ont besoin d’un terreau qui crée un environnement naturel en ayant une structure aérée et filtrante. Les formules enrichies en pouzzolane sont très efficaces. Enfin, pour les plantes aquatiques, il est indispensable de choisir un terreau qui limite les risques d’asphyxie des racines. Il doit pouvoir assurer le maintien et la longévité des plantes telles que les nénuphars ou les fleurs de lotus.

Effectuer une opération technique

Pour planter, semer ou bouturer, il vous faut une substance qui stimule la croissance des plants. Certains terreaux dotés d’un apport d’engrais optimal sont recommandés pour les arbres, arbustes et fleurs à planter en extérieur. Si vous souhaitez créer un potager, préférez un terreau maraîcher. Il doit être riche en fumier et en algues pour nourrir et régénérer la terre.

Il existe cependant des terreaux universels utilisables pour toutes les plantes à cultiver dans le jardin ou ailleurs dans la maison. Pour les semis et le rempotage, il existe des terreaux spécifiques composés de sable voire de perlite qui facilite la croissance des jeunes plants. Dans le cas où vous avez besoin d’améliorer votre terre, choisissez des terreaux composés de sable, d’argile et enrichis d’algues et de substances organiques.

Reconnaître un bon terreau

Le terreau doit être perméable à l’eau afin de favoriser sa circulation et ne pas rester uniquement au niveau des racines. Il doit être assez abondant et épais pour que la plante puisse tenir. Un bon terreau est celui qui retient l’eau sur une durée plus au moins longue. Cela vous évite d’avoir à arroser tous les jours pour éviter le dessèchement de la plante. L’eau retenue doit pouvoir être bien fournie à la plante.

Vérifiez que votre terreau dispose de 60% au moins de matières organiques. Cela permettra aux plantes d’être bien nourrie grâce à l’action des microorganismes. Ceux-ci vont transformer les matières organiques en minéraux assimilables par la plante.

Si vous produisez des déchets organiques, n’hésitez pas à les composter afin de le mélanger à vos terreaux. Il s’agit d’une solution pratique pour apporter les nutriments supplémentaires.

Que retenir ? Le choix d’un bon terreau dépend de la plante, de la nature du sol, des opérations que vous voulez mener et de nombreux autres paramètres. Vous pouvez demander l’aide d’un jardinier professionnel pour bien choisir votre terreau.

Laisser un commentaire